RUHR


RUHR
RUHR

RUHR

Rivière de 235 kilomètres de longueur, affluent de la rive droite du Rhin, dans lequel elle se jette à Duisburg. La Ruhr a donné son nom au plus puissant bassin industriel du monde (Ruhrgebiet). Les besoins en eau des villes et des usines de celui-ci ont entraîné l’établissement de barrages-réservoirs dans son cours amont, dans le Sauerland: barrage de la Bigge (140 millions de mètres cubes) et barrage de la Möhne (135 millions de mètres cubes) sur son affluent.

Né au XIXe siècle de l’extraction du charbon, le bassin de la Ruhr a été l’arsenal des tentatives d’hégémonie économique et militaire de l’Allemagne. Tout comme le nom de la dynastie industrielle des Krupp, la Ruhr constitue un symbole universellement connu.

Il y a d’abord, à l’origine des puits, des usines et des villes, un bassin charbonnier qui affleurait sur les marges du massif ancien du Sauerland, et notamment sur les flancs raides de la vallée de la Ruhr, et qui plonge vers le nord sous la couverture sédimentaire crétacée du bassin de Münster. À l’exploitation artisanale de la vallée de la Ruhr a succédé, à partir de 1837, date du premier puits dans la région d’Essen, une exploitation souterraine à grande échelle. Sous l’Emscher le charbon est à 700 mètres et, sous la Lippe, à plus de 1 000 mètres de profondeur. Cette profondeur constitue un élément déterminant dans l’établissement du calcul des réserves et un frein à la progression vers le nord. Elle explique aussi le déplacement historique de l’extraction et en même temps l’évolution des modalités de l’exploitation: les impératifs techniques ont encouragé la concentration économique. En même temps, l’amélioration du matériel et de la productivité, et le recours aux services techniques, commerciaux, administratifs et sociaux préexistants de la région sud ont fait que le peuplement minier de la zone nord pouvait être moins dense et plus exclusivement voué à l’extraction.

À la zonation des paysages industriels s’est ajoutée la zonation des variétés de charbon, maigres au sud, gras et cokéfiables entre la Ruhr et l’Emscher, flambants et de ce fait utilisés par la carbochimie au nord. Les premiers furent utiles au puddlage et alimentent les foyers domestiques. Cette vocation et le rapide épuisement des réserves font que l’extraction a laissé peu de traces dans la zone de la Ruhr: aujourd’hui la vallée verdoyante est un lieu d’implantations tertiaires et de loisirs. Une seconde zone, entre Ruhr et Emscher, la zone du Hellweg, constitue la zone la plus urbanisée avec les villes de plus de 500 000 habitants de Duisburg, Essen, Dortmund, etc., parce que le charbon cokéfiable a permis le développement d’un énorme potentiel sidérurgique et parce que depuis le XIXe siècle charbon et acier ont provoqué un phénomène d’accumulation industrielle, y compris l’installation d’industries de conversion, telles les usines d’automobiles à Bochum. Il y a là un authentique paysage urbain.

Les rives de l’Emscher, rivière utilisée comme affluent et doublée du canal Rhin-Herne, ont concentré un peu plus au nord les cokeries et toutes les industries des sous-produits de la cokéfaction, carbochimie relayée par le raffinage pétrolier et la pétrochimie. Les quartiers nord de Duisburg, d’Oberhausen, de Gelsenkirchen ou de Castrop-Rauxel constituent le pays noir ou l’axe de la pollution. Plus loin enfin, dans la zone de la Lippe, l’extraction ne s’est faite que par places avec des cités et des usines chimiques géantes, telles celles de Marl (Chemische Werke Hüls, 17 000 salariés en 1990) au milieu des champs.

L’extraction s’effectue également sur la rive gauche du Rhin dans la région de Kamp-Lintfort. Il est bon de retenir comme cadre statistique les limites du syndicat d’aménagement de la Ruhr. Le Siedlungsverband Ruhrkohlenbezirk, créé dès 1920, a été remplacé en 1979 par le Kommunalverband Ruhrkohlenbezirk. Cet organisme constitué pour remédier à l’anarchie du développement industriel et urbain tente de concilier les intérêts des grandes sociétés industrielles ou Konzern et ceux des municipalités; par une planification à long terme, par une habile politique de réserves foncières, il a une réelle action depuis sa création. Même si ses limites englobent des espaces ruraux vers le nord, retenus en vue d’une éventuelle extension de l’extraction ou de futures implantations d’industries lourdes, le cadre statistique du syndicat d’aménagement définit bien la masse de population et d’activités concentrées dans la Ruhr: près de 6 millions d’habitants sur un peu moins de 5 000 kilomètres carrés soit 1 200 au kilomètre carré. Une grande partie de cette masse humaine et de ce potentiel économique sont rassemblés sur les 50 kilomètres qui séparent Duisburg de Dortmund.

Ainsi entendue, la Ruhr, un des foyers industriels les plus puissants, est caractérisée par la primauté des industries de produits de base: fourniture d’énergie sous toutes ses formes, sidérurgie et chimie. La production de charbon, qui put être portée à 114 millions de tonnes dès 1913 et à 130 millions de tonnes en 1939, était tombée à 56 millions en 1989 sous l’effet de la concurrence du pétrole. Les effectifs de la Ruhrkohle A.G., société d’exploitation des charbonnages de la Ruhr créée en 1968 et assurant 90 p. 100 de la production charbonnière de la Ruhr, étaient de 107 000 en 1989.

La sidérurgie est aujourd’hui le fondement majeur de toute l’activité de la Ruhr. La production est supérieure à celle de la France entière. Elle tend à se regrouper de plus en plus sur le Rhin, par où arrive le minerai à haute teneur d’origine scandinave ou lointaine et qui transite par Rotterdam. Économiquement, elle s’organise de plus en plus autour de deux groupes ou Konzern : d’une part, Thyssen, établi à Duisburg, qui a absorbé Oberhausen et Rheinstahl et autour duquel gravitent Mannesmann et même la division sidérurgie de Krupp, et qui a produit 10,9 millions de tonnes d’acier en 1991; d’autre part, Hoesch, dont les trois usines de Dortmund ont entrepris d’opérer une division rationnelle du travail.

Ces puissantes industries de base et les besoins de millions d’hommes ont entraîné une diversification des productions et la création de nombreux emplois tertiaires.

Il convient d’insister sur l’extension même à donner à l’expression de Ruhr ou sur l’incertitude des limites qui lui sont fixées dans maints esprits. Une carte du peuplement de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie montrerait clairement que le bassin d’industries lourdes, délimité par le syndicat d’aménagement, s’intègre dans une région urbanisée plus vaste encore, que les Allemands appellent aujourd’hui la région Rhin-Ruhr. Si les paysages diffèrent lorsque l’on s’éloigne de la rivière Ruhr en direction de Düsseldorf, de Cologne et de Wuppertal, on n’observe pas de solution de continuité majeure dans le domaine du peuplement, de la densité du trafic de toute nature et des liens très étroits unissant ces villes à Duisburg et à Essen. Düsseldorf est le bureau de la Ruhr, sa banque et le siège de la Bourse. Wuppertal et Solingen, au cœur du pays de Berg, vieux centres manufacturiers, ont fourni des dynasties d’industriels et transforment les productions de la Ruhr en biens d’équipement et de consommation. La banque, l’assurance, les industries mécanique et chimique de Cologne entretiennent également des liens étroits avec la Ruhr. Si, vers 1950, ce district houiller employait au total 1 million de personnes dans le charbon, l’acier et les activités connexes, dans les années 1990, ce chiffre est réduit à 300 000, mais il est en progression constante depuis 1984. Le bassin de la Ruhr a effectué une importante mutation structurelle puisque 50 p. 100 des salariés travaillent aujourd’hui dans les services et le taux d’exportation de l’industrie atteint 30 p. 100. Le développement de la Ruhr s’explique tout autant par les capitaux des métropoles rhénanes et les facilités de transport lourd offertes par le Rhin que par l’un des plus beaux gisements de charbon d’Europe.

Ruhr
(la) rivière d'Allemagne (235 km), affl. du Rhin (r. dr.).
Elle a donné son nom au riche foyer industriel qu'elle traverse, entièrement inclus dans le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie et communément appelé bassin de la Ruhr ou Ruhr. Fondée sur l'extraction du charbon, l'industrie s'y est développée puissamment à partir de 1850. Auj., la Ruhr a réduit sa prod. de charbon et perdu 200 000 emplois entre 1961 et 1981; le taux de chômage y est le double de la moyenne nationale. Au confl. Rhin-Ruhr, Duisburg-Ruhrort est le premier port fluvial d'Europe; au S., Düsseldorf constitue la cap. admin. et fin. de la région. Celle-ci, bien que la densité dépasse 1 200 hab. /km² (5 400 000 hab. sur 4 500 km²), possède de vastes espaces verts. Depuis 1960, cinq universités y ont été fondées et la vie culturelle est l'une des plus brillantes de l'Europe occidentale. Hist. - Comme l'Allemagne tardait à exécuter les réparations prévues par le traité de Versailles, la France occupa le 8 mars 1921 Düsseldorf et Duisburg puis, avec l'accord de la Belgique et de l'Italie (mais non de la G.-B.), toute la Ruhr (11 janvier 1923). En 1924, l'adoption du plan Dawes organisa le départ des troupes étrangères. L'impopularité de cette occupation contribua au succès ultérieur du nazisme.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Ruhr — Vorlage:Infobox Fluss/KARTE fehlt Daten …   Deutsch Wikipedia

  • Ruhr — Saltar a navegación, búsqueda Ruhr puede referirse a: Río Ruhr, un río de Alemania, afluente del Rin. Región del Ruhr, la mayor aglomeración metropolitana de Alemania. Región Rin Ruhr, región urbana alemana. Obtenido de Ruhr Categoría:… …   Wikipedia Español

  • Ruhr — Ruhr: Das auf das dt. und niederl. Sprachgebiet beschränkte Substantiv (mhd. ruor‹e›, ahd. ‹h›ruora, niederl. roer) ist eine Bildung zu dem unter ↑ rühren behandelten Verb und bedeutete in den älteren Sprachzuständen zunächst »‹heftige› Bewegung; …   Das Herkunftswörterbuch

  • Ruhr — [roor; ] Ger [ ro͞o′ər] 1. river in WC Germany, flowing west into the Rhine: 145 mi (233 km) 2. major coal mining & industrial region centered in the valley of this river: also called Ruhr Basin …   English World dictionary

  • Ruhr [1] — Ruhr, 1) das Stranden eines Schiffes; 2) die Handlung des Ruhrens od. der Zustand des Feldes nach dem Ruhren; 3) das letzte Behacken des Weinberges …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ruhr [2] — Ruhr (Dysenteria), eine oft epidemisch herrschende Entzündung der Schleimhaut der dicken Därme, wobei eiweißartige zu eiteriger u. brandiger Zerstörung geneigte Stoffe ausgeschwitzt u. unter Kolik u. Stuhlzwang ausgeleert werden, während der… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ruhr [3] — Ruhr, 1) rechter Nebenfluß des Rhein in Preußen; entspringt am Rothlagergebirge bei Winterberg, im Kreise Brilon des Regierungsbezirks Arnsberg, nimmt die Mönne, Lenne u. Volme auf u. mündet nach 25 Meilen bei Ruhrort. Sie ist aufwärts bis… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Ruhr [1] — Ruhr (Dysenteria, Blutzwang), eine schwere Krankheit, die sich anatomisch als diphtheritische, d.h. mit Membranbildung und oft brandiger Abstoßung der Oberfläche einhergehende Entzündung der Dickdarmschleimhaut charakterisiert. Die R. ist keine… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ruhr [2] — Ruhr, 1) rechtsseitiger Nebenfluß des Rheins, entspringt auf dem Plateau von Winterberg, 664 m ü. M., fließt erst nördlich, dann westlich und mündet bei Ruhrort. Sie ist bei einer mittlern Tiefe bis 1,25 m mittels zehn Schleusen von Witten ab auf …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Ruhr — Ruhr, Dysenterie, epidemisch (am häufigsten zu Anfang des Herbstes) auftretende diphtherische Entzündung der Dickdarmschleimhaut, die in schweren Fällen brandig zugrunde geht und abgestoßen wird; gibt sich durch Leibschmerz, quälenden Stuhldrang… …   Kleines Konversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.